Retraite pour prêtres : être disciple pour devenir maître

DPTN a pris part au déroulement d’une retraite pour prêtres du Sud-Ouest de la France qui a eu lieu dans les Pyrénées. Le prédicateur, l’abbé Fernandez, qui publie régulièrement sur notre blog, nous en dit plus.

Monsieur l’abbé, vous avez prêché une retraite à des prêtres. En quoi cela consiste-t-il ? Quelle est la différence avec une retraite pour laïcs ?

Les retraites pour laïcs ont pour but de réveiller leur foi baptismale et leur mission chrétienne dans le monde. La retraite pour prêtres éveille en eux les conséquences de la vocation sacerdotale, qui informe la vie de toute l’Église : l’unité avec l’évêque, la fraternité avec le presbyterium diocésain, leur rôle de ministres de la parole de Dieu et des sacrements pour le peuple de Dieu. La retraite d’un prêtre a un effet multiplicateur incalculable.

securedownlo3ad

Le sanctuaire de Torreciudad

Pourquoi les prêtres ont-ils besoin de faire des retraites ? Ne devraient-ils pas plutôt en prêcher ?

Un prêtre doit donner beaucoup de soi-même, donc il doit préserver (et développer) une grande richesse intérieure. Certes il en prêche, mais on devient un vrai maître quand on a appris à être un simple disciple.

Quel était le thème de votre prédication ? Qu’est-ce que cela a apporté aux assistants ?

La prédication développait les axes majeurs de l’année de la foi et notamment de l’encyclique « La lumière de la foi »; la référence aux grands témoins de la foi a été constante. Les assistants ont été frappés par le lien intime entre foi et charité (que le pape expose dans ce document), ainsi que par les exemples des pasteurs (évêques, prêtres, missionnaires) qui ont affirmé leur foi au milieu des incompréhensions, des persécutions ou des résultats en apparence maigres.

Vous étiez dans un sanctuaire marial, à Torreciudad, en Espagne. Si le cadre était certainement porteur, la présence de pèlerins ne nuisait-elle pas au recueillement ?

La présence des pèlerins, dont beaucoup de jeunes, était un stimulant extérieur. Les prêtres jouissaient d’une indépendance suffisante pour les offices, prédications, repas en silence. Les installations du sanctuaire sont bien adaptées pour permettre un certain contact avec les visiteurs, tout en préservant le rythme recueilli d’une retraite.

Pin It on Pinterest

Share This