Nous avons interrogé don Julio Dieguez, le recteur du séminaire de Sedes Sapientae, à Rome.
« La vie à Sedes Sapientae est exigeante, enrichissante et très drôle. »

DPTN : Les séminaristes que vous accompagnez viennent de pays très différents. Comment le séminaire les prépare-t-il à servir leur église locale ?

Don Julio  Dieguez  : Bien sûr les problématiques propres à chaque lieu exigent des solutions spécifiques, mais la tête et le cœur véritablement chrétiens, qui permettent de les rencontrer, sont universels. Comme le répète souvent le Pape, le prêtre doit être en premier lieu un homme de Dieu.

DPTN : Comment se passent les journées au séminaire ?

DJD  : Chaque matin, nous prions les laudes. Puis nous avons une demi-heure d’oraison suivie de la messe. Après le déjeuner et un temps d’échanges, nous récitons le rosaire. Avant le dîner, nous prions les vêpres. Le soir, nous faisons en commun un examen de conscience et nous récitons les complies. Nous avons aussi des causeries musicales, des excursions le dimanche et du sport le samedi. À ce propos, nous avons une des meilleures équipes de football de tous les collèges ecclésiastiques de rome ! La vie à Sedes Sapientae est exigeante, enrichissante, et très drôle.

DPTN : Pourquoi est-il important d’aider à la formation des prêtres et des séminaristes ?

DJD  : Les prêtres sont les ministres de sacrements qu’eux seuls peuvent donner et qui sont au cœur de la vie chrétienne : l’Eucharistie, la réconciliation… Ils ne sont pas plus importants que les laïcs, mais la sainteté des fidèles dépend en grande partie de la sainteté des prêtres. Toute l’Église veut qu’il y ait beaucoup de saints prêtres. Mais nous ne pouvons l’être sans aide ! merci du fond du cœur à tous ceux qui nous soutiennent !

DPTN : Depuis le mois de janvier, à Paris, nous organisons des soirées de prière pour les vocations sacerdotales. Avez-vous une intention particulière pour les vocations en France ?

DJD  : Nous avons actuellement trois séminaristes français à Sedes Sapientae. Et quatre l’an prochain. Je demande au Seigneur qu’il y ait en France beaucoup d’hommes qui découvrent l’appel du Seigneur pour Le servir comme Il le souhaite, et qu’ils apprennent à Le fréquenter avec amour et en étroite union avec la hiérarchie de l’Église. Et ce d’autant plus que la France a une influence dans le monde entier !

Pin It on Pinterest

Share This